Atelier femmes

Danse, méditation active, dessin, voyage chamanique, cercle de guérison.

Samedi 20 janvier - 38300 Ruy
Temps de retour à soi - Rencontres avec notre terre de mémoires
Cercle de guérison
Travail corporel pour faire l'expérience de son essence.

9h-19h

Tarif : 80 €

Faible budget, RSA, quotient familial inférieur à 600 € : 50 €


Autres dates : samedi 14 avril 2018, dimanche 20 mai 2018

 

 

Poursuivre ces propositions pour retrouver notre terre,

pour retrouver la mère universelle. 

Il n'y a pas de rencontre possible avec la Lumière, avec le divin sans rencontre avec ce féminin des profondeurs, sans la rencontre avec la grande matrice d'où nous venons, sans rencontre avec notre terre de mémoires. 

Mémoires de nos lignées, mémoires de nos ancêtres afin de retrouver l'intégrité, la verticalité, l'orientation de ce qui a pu peut-être être vrillé en nous. 
Retrouver la semence déposée au fond de nous afin de permettre la fécondation du divin au coeur de notre matrice. 

"Au rythme des tambours, elles dansèrent leur féminité libre et sauvage, exprimèrent leur joie d'être. Leurs corps, devenus lianes-racines, manifestaient leur lien à la Terre et au ciel. Chantant des mélopées primordiales, leur puissance de femmes se mettait à nu. Dans la plénitude de leur féminin, leur beauté était fascinante, ensorcelante. Seins dressés vers la Lune, pieds ancrés vers le sol, elles magnétisaient tout l'espace. Juliane, émue aux larmes, sentit dans ses entrailles la partie la plus enfouie de son âme se réveiller. Une émotion du fond des âges la prit au ventre, elle osa entrer dans la danse. Dans le secret de son âme, le monde de Juliane s'agrandit en un instant. En sueur, elle chercha Murielle du regard. L'intensité du moment l'avait aussi transportée. Elle faillit ne pas la reconnaître, son amie avait perdu son regard d'enfant désemparée. Murielle, solidement campée sur ses jambes, affichait des postures qu'on ne lui avait jamais vues. Un état d'être différent. Ses cheveux blonds collés sur le front, elle tournoyait son corps vibrait au rythme de la musique. Elle était présente, vraiment présente, en possession de toute sa force intérieure." Le réveil des filles de la Déesse - Adelise Lapier p 284-285

"La Déesse n'en peut plus de pleurer pour ses filles.

Elles sont si nombreuses à avoir renoncer à leur puissance féminine. Elles, gardiennes de l'ordre naturel, protectrices de la vie et de ses rythmes, ont abandonné tout contact avec les cycles lunaires et leur propre pouvoir initiateur. Elles commencent leur journée sans lever le regard vers le soleil, le saluer et le remercier d'être là. Elles se nourrissent sans aucune gratitude pour les animaux et les plantes qui ont donné leur vie pour ce repas. Elles ne fêtent pas la venue de leur sang menstruel, n'honorent pas les rondeurs de leurs courbes féminines, n'accueillent avec avec fierté les signes de la sagesse qui rident leurs visages et blanchissent leurs chevelures.

Leurs existences devraient être rempli de danses, de jouissance partagée, de créations et d'allégresse. Au lieu de cela, Dahaïs contemple tant et tant de femmes enfermées au-dedans d'elles mêmes. Elle réalise avec amertume que le désenchantement du monde n'a pas touché que la nature. Il a aussi recouvert de cendres les âmes de ses filles, et anesthésié leurs corps." Le réveil des filles de la Déesse - Adelise Lapier p257-258

 

 (...) "Juliane avait compris que sa génération croyait s'être libérée, alors qu'en fait elle avait poursuivi le renoncement des femmes à leur puissance féminine, en baillant pour accéder à un pouvoir calqué sur celui du masculin. Management agressif, carrières stressantes, menstruations muselées, sensibilité bâillonée, grossesses vêtues dans l'urgence de la délivrance, bébés sevrés tôt, femmes toujours plus performantes, corps malmenés, affamés, ... Elle voyait désormais la pilule contraceptive et lles stérilets hormonaux comme des moyens de copier le fonctionnement du corps des hommes. Les corps des femmes perdaient leur force vitale, car on annihilait leur fonctionnement naturel." Le réveil des filles de la Déesse - Adelise Lapier p276-277

 

Pour vous procurer ce livre, aller sur la page Facebook d'Adelise Lapier 

 

 

 

Elles parlent des ateliers femmes....

 

"Merci encore Esther pour cet atelier de femmes, entre femmes et surtout la fin m'a boulversé de solidarité ensemble réunies et unies vraiment pour libérer les dix femmes que nous étions.

Je suis dans la gratitude envers moi même ce jour, j'ai réécouté oser la chanson ce matin, je dansais toute seule chez moi avec moi et vous,  c'était intense.‌" Sylvie

 

"Encore merci Esther pour la puissance du stage, ton authenticité et la bienveillance avec laquelle tu animes.

Cheminer à tes côtés me permet d’explorer mes zones d’ombres tout autant que mes zones de lumières, et elles sont nombreuses.

Je dois maintenant accueillir ces dualités et trouver l’unité de mon être. 

Merci à vous toutes pour vos partages de joies, de doutes, de souffrances, votre créativité, votre beauté intérieure.

Nous sommes belles, sensibles et puissantes. Ensemble nos forces s’amplifient, je ressens l’énergie de la sororité et cela me porte."Stéphanie

 

Bonjour Esther

"Que tes paroles sont sages la belle femme que tu es ne doit plus douter, ton chemin de vie est tracé,redoner la joie aux âmes que tu emmènes dans le vaisseau de la réconciliation avec soi à travers la danse du corps avec ta méthode personnelle. Tu es un capitaine de grande envergure crois-moi, continue de voguer sur les eaux d'amour,en tout cas moi je resterai encore longtemps un fidèle matelot de ton équipage. Merci encore pour ce don merveilleux que tu fais chaque fois à chacun de nous." Chantal

 

"D'abord merci Esther pour ta présence active et ta discrétion à la fois durant ces deux jours et un peu plus d'atelier de femmes entre femmes reliées avec Dame Nature.    

Merci à vous les femmes pour les temps de silence, de partage, de pleurs, de rires, j'ai vécu et ressenti  avec moi avec vous, les émotions positives et négatives sans jugements, sans peurs, je me suis sentie existée, être vraiment femme que je suis grâce à cette communion ensemble, cette enveloppe que nous formions dans l'amour. 

Cet atelier Esther, ces journées ensemble ( femmes que nous sommes) ont été d'une telle intensité que maintenant

je me sens à ma place et j'ose ce qui est juste pour moi." Sylvie

 

"Merci à vous toutes pour vos partages de joies, de doutes, de souffrances, votre créativité, votre beauté intérieure.

Nous sommes belles, sensibles et puissantes. Ensemble nos forces s’amplifient, je ressens l’énergie de la sororité et cela me porte." Magali

 

"Merci à toi encore Esther, pour tes mots toujours si justes, autant de baumes

apaisants pour nos maux, à vous femmes, pour vos expressions qui me touchent. 

Merci de mettre des mots qui  me permettent effectivement d'autres prises de conscience, une guérison aussi. 

Merci à chacune, Merci à nous toutes, à ce cercle de Femmes si fort, si porteur, si puissant, si guérisseur. 

De mon côté je ressens vraiment une libération de mon corps physique, comme si de nombreux parasites

étaient partis, de nombreuses chaînes aussi. 

Je vous avoue que je ne contactais plus du tout la joie de vivre avant de venir. 

J'ai aimé la re-contacter, la toucher, la danser, je l'ai senti notamment sur la chanson "je veux vivre",  

entre autres.

Avant le weekend je n'avais aucune force physique. 

Après le stage, j'ai biné sur un sol sec et dur sans difficulté.  

Je me sens plus sereine, j'ai de l'espoir." Bernadette